︎DISTRIBUTION : TALITHA
talitha.contact@gmail.com


︎COLLECTION :
CNAP 


︎DOCUMENTS :

Présentation du film sur le site internet cinima3.com 

︎DIFFUSIONS PASSÉES

Horinzonetalisme, IF Casablanca, 2022
CINÉMA DU RÉEL, Carte blanche Tigritudes, Paris, 2022
27ème édition du FESPACO, Section Classics, Ouagadougou, 2021
Mizna, Arab film Festival, Minneapolis, 2021
Radical Modernisms: Retracing Arab and North African Film Histories, ARTE EAST, online, 2021
Rencontres Méditerranéennes du Cinéma et des Droits de l'Homme (ARMCDH), Rabat, 2021
MOMA Doc Fortnight New York, 2021
M+ museum of visual culture Hong Kong, 2021
Festival Africain de Tarifa, 2021
MUBI, 2021
TENK, 2021
Le 18, Marrakech, 2020
Museum of the Moving Image, New York 2020
Cinematek Bruxelles 2019
Fête du Cinéma de Marrakech, 2019
Africa in Motion, Glasgow , 2019
Tétouan, 2019
Festival International de Marrakech, 2019
Maghreb des Films Cinema La Clef Paris 2019
Etats Généraux du Film documentaire de Lussas 2019
Porto Post/Doc 2019
Il Cinema Ritrovato Bologne 2019
FID Marseille 2019 Mention spéciale - Prix du GNCR (Groupement National des Cinémas de Recherche)
Berlinale Forum (archival constellation) 2019

Festival National de Tanger 2019 (film d’ouverture)


︎PRESSE




-----

La recuperacion de un significativo film marroqui : De Quelques Evénements sans signification (Mostafa Derkaoui, 1974)
Journal of Film Publication FIAF, Esteve Riambau, Rosa Cardona et Léa Morin, 2018


-----

Le cinéma marocain confronté au réel, Reda Zaireg, ORIENT XXI, 2018

-----

De quelques séquences d’une grande signification, Le Desk, 2019

-----

Meaningless events with a lot of meaning, Modern Times Review, Hans Henrik Fafner, 2018

“A cinema which doesn’t tackle real problems makes films go wrong, says the Moroccan poet and writer Mostafa Nissabory along the way, and that turns out to become a bitter confrontation with terse realities. By coincidence, they interview a person involved in a murder case, and the whole project changes direction.”

-----

La pelicula censurada estaba en la Filmoteca de Catalunya, El Pais, Toni Polo Bettonica, 2019

“Derkaoui quería hacer una película sobre "un marroquí normal y todo lo que le puede suceder y una película contra las relaciones autoritarias de poder", en palabras del propio director en una charla con Morin en 2015.”

-----

A suppressed masterwork of moroccan political cinema is suddenly streaming, The New Yorker, Richard Brody, january 2021

“With its express effort at cinematic innovation, “About Some Meaningless Events” should have been, in the intervening decades, a beacon for new generations of filmmakers, in Morocco and everywhere. Much of documentary filmmaking remains stuck in unquestioned assumptions of practice and manner; Derkaoui’s work remains, half a century later, ahead even of the present day.”


----

The Guardian, Peter Bradshaw, 2021

“It’s not clear how much of this is real and how much fiction: the entirety of the “murder” may be a reconstruction of a real case. An interesting archive oddity.“








DE QUELQUES ÉVÈNEMENTS SANS SIGNIFICATION

Un film de Mostafa Derkaoui
1974, Maroc

Production : Basma Production (Mostafa Derkaoui)
Scénario et réalisation : Mostafa Derkaoui
Image : Mohamed Abdelkrim Derkaoui
Montage : Mostafa Derkaoui
Musique : Nahorny
Son : Stan Wiszniewski, Noureddine Gounejjar
Version restaurée numérique 4K par le Centre de Conservation et de Restauration de la Filmoteca de Catalunya, Barcelone, en partenariat avec L’Observatoire, Casablanca / Format original 16mm gonflé en 35mm.

Avec Abdellatif Nour, Abbas Fassi-Fihri, Hamid Zoughi, Mostafa Dziri, Aïcha Saâdoun, Mohamed Derham, Salah-Eddine Benmoussa, Abdelkader Moutaâ, Khalid Jamaï, Chafik Shimi, Malika El Mesrar, Omar Chenbout, Mostafa Nissabouri.

SYNOPSIS


Casablanca, 1973 : un réalisateur prépare un tournage, mais désireux de prendre en charge le cinéma de son pays, parcourt les rues de la ville, interrogent les passants sur ce que pourrait et devrait être le cinéma marocain. Les réponses fusent, contradictoires, à l’image des personnes interrogées. Les membres de l’équipe de tournage discutent : ils s’efforcent de construire la théorie d’un cinéma national indépendant, entre expérimentation formelle et représentation sociale, exemples cosmopolites et rejet de l’écrasant regard français. Mais au cours de leurs repérages surgit un jeune homme qui les fascine, et dont le destin se nouera alors même qu’ils regardent ailleurs. Soulignant les apories du cinéma national aussi bien que la violence qu’engendre la misère sociale, De quelques événements sans signification, après une unique projection parisienne en 1974, fut immédiatement censuré et longtemps cru disparu. Derkaoui y construit une esthétique de la focale longue, habituellement propre au documentaire, pour brouiller les repères entre les niveaux de réalité de son film ; la bande-son, avec son free-jazz virevoltant en contrepoint aux rares images de violence du film, achève de confondre toute lecture univoque. Car De quelques événements sans signification n’est rien moins qu’une critique des ambitions du cinéma par les armes mêmes du cinéma, un film qui n’a de cesse de relancer la question qu’il pose : que peut véritablement la caméra ? (N.L./ FID Marseille)


Sommet et liquidation du cinéma engagé des années 70 : art poétique et manifeste théorique pour un nouveau cinéma marocain, mais aussi amer constat de son impossibilité dans une société qui ne change pas. Derkaoui dirige un collectif d'artistes amis et des militants marxistes, et organise un méta-film qui brouille toute distinction documentaire/fiction et vire vers l'esthétique du happening. Dans ce labyrinthe des mots et miroirs, le réalisateur utilise la réflexivité pas comme un énième dispositif moderniste mais comme impitoyable autocritique d'une classe intellectuelle plâtrée dans ses contradictions politiques. Censuré et interdit de diffusion et d'exportation, œuvre longtemps clandestine et mythique, radical aussi par sa débordante musique free jazz, ce film est un trésor enfin retrouvé.
(Federico Rossin/Tenk)



















© Talitha, 2021